Port Royal des Champs

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Concert-lecture : Jardins

fif0920sarahjalabert20cmiche20ltty 22 

Concert-Lecture

JARDINS

 

Dimanche 7 décembre 2014 à 17h

avec Sarah JALABERT, auteur et comédienne,
et Alexis KOWALCZEWSKI, musicien polyinstrumentiste

 

Balade littéraire et musicale sur un choix de textes

 

Le jardin, parce qu’il a partie liée avec le secret. Et le silence. C’est avant tout cela que le jardin embrasse, un lieu secret et silencieux. Un lieu où nul ne pénètre à son gré car l’acuité régnante y est à son comble.
Nul ne peut inviter personne, chacun est un hôte. Si le jardin est violé, il disparaît, c’est tout.
Il y a donc un jardin en toute chose, en chaque mot, chaque espoir, chaque
mouvement et chaque être. L’ignorer c’est déjà perdre le lieu de la rencontre, même si cette rencontre n’est pas prévue au jardin. Le respecter est constitutif du chemin que l’on foule.
Ici, c’est comme une immersion dans une langue, plusieurs langues – le récit, la prose, la poésie, le conte, le théâtre, la mystique et la botanique – qui auraient la vertu d’un poudroiement rendu aux ailes de la parole et de son désir.
L’on ne cherche pas à percer un mystère. L’on voyage. Et les impressions sont aussi celles d’un désert. Un désert devenu présence par l’enfouissement secret de la rivière, et qui deux fois l’an se couvre d’une nappe rouge vif, de minuscules fleurs couleur de sang. Tant de voyageurs en des temps différents les auront vues, en quelques heures avant d’être calcinées, quelques heures parfaitement silencieuses.
Le jardin, ce lieu secret qu’une fulgurance rejoint quand il s’agit de prendre un temps avant de prendre la parole. Pour qu’elle demeure reliée, et protégée, comme les ailes du papillon. Comme le poème.

 

                  Ô rompre les amarres
                  Partir partir
                  Je ne suis pas de ceux qui restent
                  La maison le jardin tant aimés
                  Ne sont jamais derrière mais devant
                  Dans la splendide brume inconnue
.

 

Et l’on part. Trouver de nouvelles fleurs, de nouvelles plantes, qui font penser à des tentes de magicien, et qui semblent faire de la musique. Et les magiciens se trouvent, dans les contes de Chine et du Japon, parmi les jardiniers un peu fous, ou les maîtres zen, dont le sabre soudain semble un archet, d’où sort une musique lointaine, immémoriale, qui semble faite pour affûter l’oreille qui voit…
La rose aussi, celle du centre de l’Univers, celle qui tangue dans le vent doux, celle qui s’abreuve d’abreuver. Alors le danger peut-être, la tension, la menace. Il y a des rencontres sur le chemin. Des lieux gardés.
Alors oui, la rencontre, l’homme, la femme,
L’HOMME : La première fois, toi avec un homme, c’était comment ?
LA FEMME : Regarde : une buse entre les arbres, comme une flèche. Ou c’était un milan ?

Le théâtre.

 

Le désir d’être unis, le jardin est flamboyant. C’est un verger :

 

Et j’ai espéré revoir le verger où nous avons su nous tenir de connivence. Où nous avons su, dans le silence frissonnant des bourgeons, nous goûter
Le récit.

 

Et les voix, multiples, musicales.
Et la musique. Celle d’un homme qui fait jaillir des sons, des notes, des voix, d’instruments, d’objets, du temps…
Chaque auteur sera en fin cité, entendu que tout fragment de ce montage est un extrait d’une oeuvre.
Le présent spectacle dure environ 1heure et demie.

 

Sarah Jalabert , 2014

 


SARAH JALABERTjalabertpoursite

Comédienne, lectrice publique et radiophonique, auteur, Sarah Jalabert a publié aux Editions l'Age d'Homme : Toujours autre (2001) ; Des tombereaux de désir (2007) ; Celui qui ouvre (2012). 

Elle adapte et interprète de nombreux récits pour des lectures radiophoniques, telles que Le Journal de Etty Hillesum, Les sept nuits de la Reine de Christiane Singer, et Katherine Mansfield, Colette, Héloïse et Abélard, Anna-Maria Ortese, Isabelle Eberhardt, Olympia Alberti...

Pour la scène : Une chambre à soi de Virginia Woolf (Festival d'Ile-de-France), avec les  musiciennes canadienne de viole de gambe les Voix Humaines.

Pour le "Festival du romantisme" d'Allauch, Hugo et ses femmes, lecture spectable avec le comédien Jean-Claude Drouot.

Pour les colloques de Cerisy, lecture de la correspondance de Rainer Maria Rilke avec le comédien Redjep Mitrovitsa.

Lectrice pour les cycles de conférence "Femmes de lettres" à la Bibliothèque de l'Arsenal et à la BNF.

LECTURES-CONCERTS, avec le contrebassiste Eric Recordier, du Don Juan de Peter Handke, dans une adaptation de Catherine Pont-Humbert, dans la grange de Port-Royal des Champs, au cabaret Tastemot à Lausanne et à la Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Au théâtre, MISE EN VOiX de La douleur de Marguerite Duras, festival "Cultures en mémoire" de Levallois.

MISE EN SCENE de La Nuit des Rois de Shakespeare, au théâtre la Comedia,avec son atelier de théâtre.

COMEDIENNE, elle joue au théâtre de la commune d'Aubervilliers et en tournée sous la direction d'E. Demarcy-Mota, et sous la direction de J.F. Rémi (soc. de la Comédie Française) en tournée dans les festivals d'été, des auteurs tels que Büchner, Racine, Handke...

Alexis KOWALCZEWSKI pour site

 

Alexis KOWALCZEWSKI

Alexis Kowalczewski est un musicien multi instrumentiste, chercheur avide de sons. Il rencontre la musique à l’âge de neuf ans : une évidence, qui deviendra sa ligne de vie.
Clarinettiste, batteur et percussionniste autodidacte, il est diplômé de l'Ecole Normale de Musique de Paris, ancien élève de Guy Deplus, 1er prix de clarinette au concours Léopold Bellan. Il enseigne et dirige durant 13 ans l'Ecole de Musique des Terrasses et Vallée de l'Aveyron. L’amour du spectacle vivant traverse tout son parcours. Musicien de terrain, Alexis s’est nourri d’explorations minérales et spéléologiques. Il évolue entre musiques improvisées, actuelles et expérimentales. Les textures sonores, l'onirisme, la "climatologie musicale" et la poésie nourrissent son univers artistique.

Comme musicien, clarinette-basse et percussionniste, il se produit dans plusieurs formations en France et à l'étranger.

Alexis Kowalczewski travaille régulièrement avec le festival "Lettres d'automne" (Montauban) avec Maurice Petit, sur des textes de Jeanne Benameur (2012) ; Création sur l'Hôte d'Albert Camus avec Maurice Petit (2013) ; et récemment sur des textes d'Hubert Haddad avec la comédienne Françoise Thuriès (2014).

Pour le Festival "Lectures sous l'Arbre" (Editions Cheyne) au Chambon sur Lignon, avec Marc Roger.

Ode à la lumière,  mise en scène de Guillaume Lagnel, sur des textes de Christian Bobin à Perpignan.

Lieux-Dits, déambulation poétique et musicale, avec Any Mendieta et
Catherine Bourzat (Musée Paul Valéry de Sète).

Organisé par l’Association pour le rayonnement de Port-Royal des Champs (APRC)

RDV :site des ruines.

Renseignements, réservations au 06.13.08.34.08 

  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou sur le site internet : www.assoaprc.org

logo APRC